Brexit: quel impact pour les émigrés étrangers

8 juil

Nara Yilmaz et son mari, Altug, vivent dans des pays différents, mais pas par option: en dessous des directives de migration des membres de la famille anglaise, les revenus de Yilmaz sont trop réduits pour parrainer son mari ou sa femme pour un visa. Altug reste dans la Turquie locale, empêché de devenir complètement membre de sa femme et de sa fille de 12 mois, Ela. Un anglais vivant à Plymouth, la voix de Yilmaz vacille de sentiment lorsqu’elle identifie comment Ela a réagi à la séparation indéfinie. « Elle a été identifiée comme ayant un mutisme clairvoyant, ce qui signifie qu’elle ne parle que dans certaines circonstances », déclare Yilmaz. Sa petite fille a montré d’autres signes d’anxiété de séparation sévère: «Quand j’ai dû rester le matin pour la fonction temporaire, elle a résisté à la porte d’entrée et a crié, ‘Maman, assurez-vous que vous ne gardez pas!’» nombre de ménages en grande-bretagne sont aux prises avec des situations similaires, après le passage en 2012 de toute législation sur la migration qui fixe des spécifications strictes en matière de revenus pour quiconque cherche à recruter un conjoint ou des personnes à charge qui ne sont pas originaires d’un État membre de l’union européenne. Alors que la Grande-Bretagne est prête à sortir de l’UE en 2019, ces règles strictes peuvent rapidement concerner des milliers de ménages beaucoup plus – aggravant un profond sentiment de nervosité et d’anxiété chez les résidents de l’UE qui ont résolu dans cet article en ce qui concerne leur avenir familial. Le gouvernement conservateur s’est engagé à achever la libre circulation des hommes et des femmes de l’Union européenne après le Brexit, et à déployer des lignes directrices sur l’immigration qui ne sont actuellement appropriées que pour les non-résidents de l’UE. Ce type de transformation contraindrait fortement les meilleurs Européens ne résidant pas en Grande-Bretagne à s’inscrire avec leurs proches ici. Le test décisif des revenus teste les règles d’immigration des familles britanniques sont parmi les plus rigoureuses au monde. Adoptée dans le cadre du jugement du Parti conservateur visant à freiner fortement la migration, la législation exige actuellement qu’un résident du Royaume-Uni ou un résident européen génère au moins 18 600 £ par an (environ 24 400 $) pour obtenir une autorisation de résidence pour époux. Cette limite est près de 25% plus élevée que le salaire minimum annuel pour tout travailleur anglais à temps plein. Les critiques disent qu’en plus d’infliger des difficultés inutiles et des tensions psychologiques aux jeunes et aux ménages, la police d’assurance est ouvertement classiste. «Le système a été créé pour dissuader les personnes à faible revenu de la mise en œuvre», explique Chai Patel, directeur légal et de la couverture de l’autorité ou du conseil local mixte pour cet intérêt des immigrants (JCWI). Il affirme que cela a un effet disproportionné sur les femmes et les minorités, «qui génèrent souvent des salaires réduits». Yilmaz se situe entre des Britanniques qui n’ont pas été en mesure de trouver un emploi suffisamment rémunérateur. Ancienne enseignante en technologies des repas, elle affirme que les réductions dans le secteur scolaire ont rendu encore plus difficile la découverte d’un travail qui convient à la tolérance au revenu. Bien que le plan ait rencontré des critiques désagréables, un porte-parole du bureau britannique du Royaume-Uni déclare que les directives sont légales et nécessaires. «Cela évite que le contribuable ne développe des problèmes une fois que ses proches migrants se sont installés au Royaume-Uni et acquièrent donc un accès complet à la méthode des intérêts.» Le représentant détaille un choix de février dans la salle d’audience supérieure qui a principalement confirmé la politique juste après qu’un certain nombre de membres de la famille aient été interrogés il. Bourbier post-Brexit Bien que des centaines en Grande-Bretagne vivent déjà avec les réalités des plans de migration des membres de la famille du Royaume-Uni, les citoyens occidentaux ici sont progressivement inquiets que le Brexit puisse éroder leurs propres droits dans cette arène. Depuis que la Grande-Bretagne a voté de justesse pour sortir de l’UE lors d’un référendum l’année dernière, quelques millions de ressortissants occidentaux ainsi que leurs droits sur le Brexit sont devenus le sujet de négociations prolongées à Bruxelles. Ces négociations sur les conditions sont au point mort.

Les commentaires sont fermés.

Lucas et Jade sont sur inte... |
Cycguatuvel |
Travimporli |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Queensalad76
| Astucedecompta
| Kerr64harrell