Brexit: l’incertitude pour des milliers d’émigrés étrangers

13 avr

Nara Yilmaz et son conjoint, Altug, vivent maintenant dans des endroits indépendants, mais pas par sélection: en dessous des directives actuelles en matière de migration familiale au Royaume-Uni, les revenus de Yilmaz sont trop réduits pour parrainer son conjoint pour tout visa. Altug reste dans sa Turquie natale, empêché de rejoindre entièrement sa meilleure moitié et sa fille périmée de sept ans, Ela. Résidente britannique vivant à Plymouth, le ton de la voix de Yilmaz vacille de sentiments lorsqu’elle décrit comment Ela a réagi face à la séparation indéfinie. « Elle a été identifiée comme ayant un mutisme particulier, ce qui signifie qu’elle ne discute que dans certaines circonstances », explique Yilmaz. Son enfant a montré d’autres signes d’anxiété de séparation extrême: «Quand j’ai été obligée de partir chaque jour pour un emploi temporaire, elle a enduré à la porte et a crié:« Maman, s’il te plaît, ne garde pas! »» Des milliers de ménages en Grande-Bretagne sont aux prises avec des situations similaires, après le passage en 2012 d’une législation sur les migrations qui prévoit des besoins de revenus stricts pour quiconque espère recruter un mari ou une femme ou centré qui ne résulte pas d’une condition de membre de Western Union. Alors que la Grande-Bretagne est prête à quitter l’UE en 2019, ces restrictions strictes pourraient éventuellement concerner des millions de ménages supplémentaires – aggravant un profond sentiment de nervosité et de doute entre les citoyens de l’UE qui ont payé ici pour leur famille à long terme. Le gouvernement fédéral conservateur s’est engagé à mettre fin à la libre circulation totale des hommes et des femmes d’Europe adhérant au Brexit et à déployer des règles d’immigration actuellement uniquement appropriées aux personnes non membres de l’UE dans l’ensemble du conseil d’administration. Ce type de transformation limiterait fortement le droit des Européens ne résidant même pas en Grande-Bretagne de s’inscrire ici pour des membres de leur famille. Évaluation des revenus décisifs La réglementation britannique en matière d’immigration est l’un des plus rigides sur le plan économique. Adopté dans le cadre du plan du Parti conservateur au pouvoir visant à contrôler fortement la migration, le règlement exige actuellement qu’un citoyen anglais ou un occupant européen gagne au moins 18 600 £ par an (environ 24 400 $) pour essayer d’obtenir une autorisation de résidence pour époux. Ce seuil est d’environ 25 pour cent de plus que le salaire minimum annuel pour un employé britannique à plein temps. Les critiques affirment qu’en plus d’infliger des difficultés indues et des tensions émotionnelles aux enfants et aux ménages, le plan est ouvertement classiste. «La méthode est faite pour dissuader les personnes qui ont de faibles revenus de postuler», explique Chai Patel, directeur juridique et plan des Autorités conjointes pour votre bien-être des immigrants (JCWI). Il affirme que cela affecte de manière disproportionnée les femmes et les minorités, «qui génèrent souvent des salaires réduits». Yilmaz fait partie de ces Britanniques qui n’ont pas été en mesure de trouver un travail suffisamment rémunérateur. Ancienne formatrice en technologies des repas, elle affirme que les réductions dans le domaine de la scolarité rendent encore plus difficile de trouver un emploi qui respecte la tolérance salariale. Le plan ayant fait l’objet de critiques désagréables, un représentant de votre Office At Home du Royaume-Uni affirme que les directives sont légales et obligatoires. «Cela permet d’éviter que le fardeau du contribuable ne vienne à bout dès que les migrants ont résolu dans tout le Royaume-Uni et bénéficient ainsi d’une méthode d’intérêt pour l’accessibilité totale.» Le représentant détaille une décision de février de la Cour supérieure qui a principalement confirmé la police d’assurance juste après plusieurs familles interrogées. il. Bourbier post-Brexit Bien qu’un nombre incalculable de personnes en Grande-Bretagne soient confrontées aux réalités des politiques de migration des membres de la famille du Royaume-Uni, les résidents européens énumérés ci-dessous sont progressivement inquiets que le Brexit puisse éventuellement éroder leurs droits particuliers sur ce marché. Parce que la Grande-Bretagne a voté de justesse pour quitter l’UE lors d’un référendum l’année dernière, quelque trois millions de ressortissants européens ainsi que leurs droits légaux de publication du Brexit sont devenus le principal sujet de négociations prolongées sur les conditions à Bruxelles. Ces négociations sont au point mort.

Les commentaires sont fermés.

Lucas et Jade sont sur inte... |
Cycguatuvel |
Travimporli |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Queensalad76
| Astucedecompta
| Kerr64harrell